666… Ou quand les « gotheux » s’emmêlent les pinceaux !

TaakeTous les « gotheux » du monde et les chanteurs chevelus aux index et auriculaires bien haut levés vous le diront : 666, c’est le chiffre (oui, oui, le « chiffre », on ne rit pas !) de la bêêêête, ouaiiis !

 Et vas-y que, à l’instar de Marie-Juliette, fille d’un couple d’amis (pardon, je voulais dire « Juj » ! Désolée, j’avais oublié, non, ne me jette pas de sort satanique, pitié, Ô jolie gotheuse au teint blafard made in Gemey Maybelline !), nos chers ados – ou déjà adultes mais là, c’est déjà beaucoup plus inquiétant – pointent un soir le bout de leur museau poudré dans la salle à manger en annonçant :

 P’pa, m’man, j’m'ai fait tatouer et, j’vous préviens, ça va pas vous plaire mais j’m'en fous, mon corps et mon âme m’appartiennent !

 Oïe… Vous sentez immédiatement que la suite va se révéler rock’n’roll.

 Alors là, c’est selon le degré de rébellion, de romantisme, de « fanitude », de sensibilité artistique ou de bêtise de chaque ado. La cata peut aller d’un simple 666 discret tatoué dans le creux des reins au gros bouc trônant sur un pentacle, 666 au front, brume noirâtre sortant des naseaux et auréolé de flammes écarlates placardé sur le haut du  dos.

 - Mais enfin, mon petit Kevin chéri, qu’est-ce qui t’a priiiiiiiiiisssssssss ?

- C’est le symbole de la bête, m’man. Tu peux pas comprendre… J’retourne dans ma chambre écouter Gorgoroth et lire Sire Cédric. (NDLA : Pardon, Cédric !)

 Alors ? 666, le nombre de la bête ?

 En fait… pas vraiment, non. Pas du tout, même.

 Savez-vous, mes chers petits gotheux au groin poudré, d’où vient la mauvaise réputation de ce fameux nombre supposé « satanique » ?

 Il faut remonter, non à la Genèse mais… à l’empereur Néron, voire même quelques siècles plus tard !  Bah, vi !

 Vous savez tous que la légende du Néron incendiaire bourreau de la chrétienté a la peau dure – même si elle est, à l’instar de bien des fables, totalement infondée.

 Elle fut cependant adroitement mise à profit par l’Église, qui utilisa le mythe du « Grand Méchant Néron » pour faire de celui-ci « l’Antéchrist » et, accessoirement, le bouc émissaire de tout un tas de catastrophes ou d’évènements qui effrayaient le « servum pecus » en des temps qui, il faut l’avouer, ne brillaient ni par l’éducation, ni par la douceur de vivre…

 Mon ami, l’historien Eugen CIZEK explique d’ailleurs la source du 666 honni de façon concise et on ne peut plus claire :

 « Vers la fin de l’Antiquité, l’auteur inconnu de l’Apocalypse de Jean développa le thème de la bête, dont le nombre, 666, était obtenu en additionnant les chiffres affectés aux lettres de la retranscription hébraïque du nom de Néron César. » (Eugen CIZEK, Néron, Fayard, 1982, chap. 1).

 Et c’est ainsi que, depuis quelques décennies (je n’ose dire siècles car, hormis quelques allumés de la première heure, c’est un phénomène plutôt récent), nous voyons des milliers d’hurluberlus décharnés et acnéeux, le cheveu filasse graisseux teint en noir et les yeux fardés mode « raton laveur neurasthénique » qui se trémoussent, l’index et l’auriculaire en l’air en rendant hommage à « la bête ».

 Bête qui est, non un bouc cornu, comme ils l’imaginent, mais un gros garçon roux débonnaire, complexé et myope, amateur de poésie et de théâtre grec qui n’en demandait sans doute pas tant !

 À la lumière de ces informations, lecteurs et « lecteuses », je vous demande donc à tous, non une minute de silence mais une courte pensée pour tous les crétins du monde qui se sont fait tatouer un 666 sur la couenne sans se douter un instant de ce que ce nombre signifiait…

 Serrez les dents, les enfants ! Il paraît qu’effacer un tatouage, ça fait un mal de chien. >___<

C. Rodríguez

 Photo : Chanteur du groupe « Taake »


 

Share
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à 666… Ou quand les « gotheux » s’emmêlent les pinceaux !

  1. ThomasB a écrit:

    Sachant que dans une bonne partie de l’Italie, le « cornutto » n’est pas pour conjurer le mauvais sort, mais le symbole d’infamie du cocu, que l’on fait derrière le dos du pauvre bougre… Tous ces gens qui se rallient entre eux en se traitant de cocu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>