JE CROIS QUE JE DEVIENS CONNE…

15976631 - squint eyed woman with weird expression isolated on whiteJe viens de faire une découverte terrifiante : les réseaux sociaux rendent con (l’adjectif, pas le substantif ; je vous vois venir, bande de petits malins…). Enfin, conne, en l’occurrence.

 Attention, pas con comme dans Oh ! Le con ! qu’on lance en s’esclaffant devant le pauvre type qui entre dans un magasin sans avoir vu la porte vitrée et PLAF ! Non, non. Je parle du VRAI con, le con que personne ne veut croiser, celui qui ne fait pas rire, le con qui vous donne envie de le trépaner à la chignole.

 Ah ! Tenez, vous voyez ? Réflexion typique de con, ça ! On insulte, on menace, on se moque et on devient agressif. Surtout envers les cons, d’ailleurs. Parce que les cons, ce sont toujours les autres.

 Évidemment.

 J’en veux pour preuve le nombre de photos, de réflexions acides et autres petites gracieusetés qui prennent les cons pour cible, sur les réseaux sociaux ! Les cons ça ose tout, c’est même et patata… ; On reconnait un con et patati…. Chacun y va de sa ch’tite citation : Audiard, Coluche, Desproges, Dard, tous  les artistes, humoristes, auteurs, etc. y passent. Même les Minions, Darth Vader et les lapins crétins ! Tout est bon pour critiquer les cons et fabriquer son petit placard humoristique en espérant qu’un peu de la renommée du pauvre auteur dont on suce la moelle des os blanchis, et quelques « like », retomberont sur le malin petit posteur qui, lui, pense qu’il est tout sauf un con. La preuve : il les dénonce.

 Non mais quel con ! Vous en conviendrez.

 Alors, du coup, en voyant toutes ces conneries, on se met à douter, à se demander si son voisin de palier, sous des dehors aimables et distingués, ne serait pas, en fait, un gros con déguisé. L’un de ceux qui, le soir venu, se laisse pousser le poil, les griffes et les dents pour s’installer devant son écran, la bave aux lèvres et les yeux injectés de sang, afin de répandre son flot journalier de conneries sur les réseaux sociaux.

 Un bébé a été mordu par un Doberman ? Que des cons, les parents ! C’est bien fait, ils n’avaient qu’à pas acheter un chien dangereux. Et puis, de toute façon, des gens aussi cons ne devraient pas se reproduire !

 Une jeune fille a été violée dans le RER ? Normal, avec tous ces noirs et ces arabes qui trainent partout ! Et d’abord, qui nous dit qu’elle ne l’a pas cherché, cette conne ? Non mais franchement, regardez un peu les gamines, de nos jours, habillées comme des putes !

 Un homosexuel a été exécuté ? Wallah ! Un pervers immoral en moins ! Dieu n’a pas fait les hommes et les femmes pour que les mecs baisent entre eux. Bien fait pour ce sale con !

Une féministe a été battue à mort ? Elle n’avait qu’à pas montrer ses seins dans une église ! On ne profane pas un lieu sacré ! Elle se croyait où, cette conne ?

 Un enfant de migrant mort sur une plage ? Bah, au moins, comme ça, ils comprendront peut-être qu’ils doivent rester chez eux, ces cons !

 Et que dire des réponses faites par d’autres cons à cette avalanche de conneries ?

 Gérard : Heuresemant, Marine va passet ! Bande de cons !

Yasmina : Commense déja par écrire bien le fransais, abrutit !

Paquerette : Moi, je dit que décapiter les chiens, sa mérit la tole !

Simone : Forcément, dans un pays en déliquescence où les valeurs sont bafouées chaque jour, il ne faut pas s’attendre à ce que des jeunes filles se comportent comme il faut ! De mon temps, ce n’était pas comme ça !

Bogoss : Attent ! La meuf, elle a niké le chien ? Oh ! La pute !

Roberto : Pas d’amalgame ! Tous les zoophiles ne sont pas homosexuels !

 Euh… Non, attendez, pardon, je vais trop vite.

 Ici, une petite explication s’impose pour comprendre : certains cons ne savent pas lire. Ou, s’ils savent, ils ne lisent pas tout ; ils survolent. Mais comme ils ne peuvent pas s’empêcher de donner leur avis sur tout, forcément, ça aboutit à des dialogues de cons.

 Les réseaux sociaux font ressortir ce qu’il y a de pire en nous. Jalousie, haine, bêtise, besoin de s’afficher, de paraitre plus intelligent, plus doué, plus humain ou plus « heureux » que le voisin. Certains vont même jusqu’à se créer une identité virtuelle à l’opposé de ce qu’ils sont réellement, une sorte de vie parallèle grâce à laquelle ils pensent pouvoir s’exprimer librement, ou être enfin écoutés, avoir des centaines d’amis et de fans qui leur diront à quel point ils sont beaux, sur leur dernier selfie, et Mon Dieu, ce bikini te va à ravir ! On ne croirait jamais que tu as 63 ans !

 Un beau piège à cons, en somme !

 Et moi, forcément, en lisant quotidiennement cette avalanche de conneries (ce qui prouve bien que je suis tout aussi conne car quel être humain possédant ne serait-ce qu’une once de sens commun perdrait du temps à parcourir la prose de tous ces cons ?) je me « connifie » lentement mais sûrement. Je deviens haineuse, hargneuse, agressive, misanthrope, bref… une grosse conne !

 Alors, oui, je crois que les réseaux sociaux rendent con.

 La solution ?

 Ne plus les utiliser, certes, mais lorsque vous exercez un métier qui exige un contact régulier avec votre public ou vos clients, c’est plus facile à dire qu’à faire.

 Peut-être, alors, le petit bouton magique « bloquer un utilisateur », qui permet de ne plus voir les conneries de certaines personnes ?

 Dans la vraie vie, lorsque quelqu’un vous agace, vous vous arrangez pour l’éviter, non ? Dites-vous que, sur les réseaux sociaux, c’est pareil. Il ne faut pas hésiter à bloquer les pinpins dont le langage ordurier, les idées ou le comportement vous hérissent le poil.

 Moi, en tous les cas, je n’hésite plus ! Sus aux cons ! Bloquons-les ! Empêchons-les de…

 NOUS VOUS PRIONS D’EXCUSER CETTE INTERRUPTION BRUTALE MAIS L’AUTEUR* DE CE BILLET VIENT DE S’AUTO-BLOQUER… COMME UNE CONNE !

 *Oui, sans « E », et non, il n’y a pas de faute… oserais-je ajouter « gros con ! », comme ça, juste pour rester « dans le ton » ? 😉

 Cristina Rodríguez

Photo : Dreamerve


 

Share
Tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

7 Responses to JE CROIS QUE JE DEVIENS CONNE…

  1. Chris Simon says:

    Ha ha, merci, ton billet m’a fait rire ! Moi la connerie, les chats et les enants, me dérange moins que l’agressivité ou les gens qui veulent avoir raison sur mon mur. Justement pour la premiere fois cette semaine, j’ai supprimé un commentaire et j’étais à deux doigts de supprimer le profil de ce commentaire de ma liste d’amis FB. Je pense que tu as raison, le prochain qui me fatigue avec ses idées, ses prétentions et ses leçons, je le vire ! Merci Cristina. Bon weekend.

  2. Je voyage en voilier, et suis occasionnellement sur internet pour lire mes mails et jeter un œil rapide sur FB. En visite en France, j’y suis tous les jours et je déprime ! Ce que je peux y lire (et pourtant parmi des « amis » avec qui je suis supposée avoir des atomes crochus) m’effraie. Certains, avec leurs petites photos de minous, certes adorables, commencent à m’horripiler ! D’autres s’autoproclament philosophes et ne répandent que de la haine et de l’intolérance ou alors des conneries à l’eau de rose… D’autres, pire encore, partagent de fausses informations qu’ils ne se donnent pas la peine de vérifier, ni même, j’en suis sûre de lire. Alors je suis comme Zabe, qui comme moi écrit et essaie de faire sa petite pub, (car Edilivre… ne le fait évidemment pas !), je m’accroche ! et maintenant je n’hésite plus à bloquer les cons ! et lit avec plaisir des articles comme les tiens ! Merci

  3. zabe says:

    Bien d’accord. Le réseau social c’est super dur. Des années que je vis positif. Toujours le verre à moitié plein, le sourire aux lèvres et le bleu dans le ciel. Je dois… m’a-ton expliqué, les fréquenter parce j’ai écrit un livre. Un truc que je trouve sympa, on y rit, on y boit, on s’entraide…
    J’essaie, j’essaie beaucoup… de toujours rester dans ce positif… sourire aux lèvres, compliments, encouragements… Mais j’avoue que parfois c’est impossible. Je ferme l’ordi et je vais me coucher avec un bouquin. Le monde virtuel est noir, triste et déprimant !
    … J’essaie de m’accrocher! car je crois au geste du colibri et de sa petite goutte d’eau. Mais l’incendie se déchaine. nous entrainant vers toujours plus de haine de con !
    Dommage! un si bel outil. Distordu. Abimé. Qui pourrait tant apporter.
    Que la lutte ne soit pas finale. Luttons chaque jour pour ne pas devenir con et apportons le sourire sans la toile de l’araignée.
    Merci pour ces articles qui font sourire, petit colibri.

    Zabe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *